Follow

On me fait remarquer que l’on est en train de perdre le concept de page : lorsque l’on écrit sur du papier, on divise ce dernier en pages, et il faut couper le texte, mettre un numéro de page, etc. Sur une page web, on s’en fiche : on peut tout mettre à la suite. En un certain sens, la web est une surface de l’ordre du décamètre en largeur, et (semi-)infinie en longueur.

C’est marrant parce qu’on est déjà passé par là : fr.wikipedia.org/wiki/Rotulus (pensez aux ”scroll” des magiciens dans les univers fantastiques — remarquez l’étymologie de “to scroll” au passage ☺)

@MartinShadok
On sent quelqu'un qui a fait de la publication scientifique, avec un nombre de page maximum à ne pas dépasser. 😁

@Xinfe Tout à fait ! 😊 Je propose de limiter jes publications scientifiques à une unique page (de 10cm de large et 25m de long) ! 😀

@MartinShadok
Et les conférences se feraient avec un crieur public qui déclame ce qui est écrit sur ladite page !

@MartinShadok Hooooo j'avais jamais remarqué l'origine du "to scroll" !

Après, pour les textes très longs et certaines applications, on essaie généralement de réintégrer quelque chose qui s'apparente à des petites pages comme dans un livre. Si je prends le livre de Rust par exemple, tout mettre sur une page aurait sûrement été très désagréable : doc.rust-lang.org/book/

@Madeorsk Tout pareil sur l'origine du verbe scroll: ce n'est qu'est parlant typographie romaine que je m'en suis rendu compte 😁

Le gros problème avec les pages infinies, c'est qu'il est difficile de les marquer pour revenir à un point précédent 😕 Pour un tutoriel, c'est vraiment important de diviser en parties différentes du coup ☺️

Sign in to participate in the conversation
Aleph

Generalistic Mastodon instance for open-minded people. Instance Mastodon généraliste pour personnes ouvertes d'esprit.